Jules Cuillerier – Le maire de la guerre – Alfortville 1914-1918

Élu Maire d’Alfortville le 14 mai 1904 sur un programme destiné à défendre la cause prolétarienne, ce maire républicain hors du commun, humaniste, socialiste et révolutionnaire agira pendant tout son mandat (décède en cours de mandat en 1922), fidèle à ses convictions. En 1914, il mène une guérilla effrénée contre tous ceux qui s’opposent à son action.

D’août 1914 à novembre 1918 il participe à « l’union sacrée » et organise la vie des habitants en mettant en place dès octobre 1914 des comités de secours, un atelier de confection d’habillement « l’aide par le travail » pour l’armée en sollicitant les employeurs de main-d’œuvre alfortvillaise, des ateliers de confection à domicile…

Il va communiquer régulièrement avec la population, il explique, par exemple, la méthode pour éviter d’user les clous des chaussures, il agit également contre la rumeur du lait Maggi soi-disant empoisonné, il rencontre les permissionnaires et leurs familles et va organiser des conférences, séances de cinéma qui attestent de l’excellent travail opéré par les combattants contre les ennemis maudits… Il enverra des cartes réponses aux militaires du front qui permettront d’avoir une image très réelle de leur lassitude et de leurs conditions de vie dans les tranchées.

Grâce aux archives très importantes de cette époque et très riches en images et photographies, ce livre d’histoire locale est destiné, non seulement à relater l’action du maire d’Alfortville pendant la grande guerre, mais aussi à expliquer comment les alfortvillais ont pu vivre une existence calme malgré tout, marquée au fil des années de guerre par les restrictions et la mort des enfants partis faire la guerre « la fleur au fusil ».

En préambule, y sera également évoquée la période de la « revanche de 1870 » et de quelle façon, entre 1900 et 1914, la préparation de cette revanche s’est organisée avec, particulièrement, la mise en place de la préparation militaire dans les premières associations culturelles et dans les écoles de la ville, les défilés du 14 juillet des enfants des écoles en armes derrière les pompiers et les séances de tir dans les préaux d’école.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Votre message

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.